LES PARASITES EXTERNES

Il ne suffit pas de traiter avec le bon produit,
il faut également traiter au bon moment !


Une piqûre de tiques, puces ou moustiques peut provoquer des démangeaisons chez votre animal pendant plus de 3 semaines. Ces piqûres peuvent être à l’origine de maladies telles que la piroplasmose ou la maladie de Lyme. Afin de préserver la santé de votre compagnon, la vôtre, et lui éviter l’inconfort des démangeaisons, retrouvez ici tous nos conseils et produits antiparasitaires.

Quels types de parasites externes peut contracter mon animal ?

Les parasites externes vivent à l’extérieur du corps du chien ou du chat et se nourrissent de sang et de débris cutanés. Plusieurs types existent :

  • Les insectes : puces, poux, phlébotomes ;

  • Les acariens : agents des gales cutanées et des gales des oreilles, tiques.

Les différents types de parasites externes

Quels sont les risques ?

De la démangeaison aux problèmes digestifs, en passant par les boutons, la perte de poils et de fortes fièvres, une infestation de parasites engendre des risques multiples pour les chats et les chiens.

  • Démangeaisons : grattage, perte de poils, boutons ;

  • Allergie : dermatite par allergie aux piqûres de puces (DAPP), mordillement, croûtes ;

  • Vers intestinaux : problèmes digestifs, amaigrissement, retard de croissance, vers dans les selles ;

  • Leishmaniose : fièvre, anémie, amaigrissement.

  • Borréliose de Lyme : douleurs musculaires, forte fièvre, anorexie et difficultés respiratoires ;

  • Ehrlichiose : fatigue, fièvre, douleurs, vomissements ;

  • Piroplasmose : fatigue, anémie, fièvre, urines foncées.

Comment prévenir une infestation de parasites ?

Tout d’abord, il vous faut savoir qu’il existe une certaine saisonnalité concernant le développement des puces et des tiques : même si les infestations sont de plus en plus fréquentes toute l’année, ces parasites se développent essentiellement au printemps ainsi qu’à l’automne. Il est donc fortement conseillé de traiter les chiens et les chats durant cette période avec régularité et avant de trouver ces parasites dans leur poil en très grande quantité : il est en effet plus facile de prévenir pour limiter une infestation de parasites que de s’en débarrasser ! Cela permet d’éviter les piqûres entraînant les démangeaisons mais également de limiter le risque de transmission des maladies.

Tout sur la puce

 

Il existe plus de 2000 espèces de puces, mais 95% des puces que vous retrouverez chez vous ou sur votre animal, chien ou chat, seront des puces dites félines : Ctenocephalides felis. 5% seulement des puces domestiques sont canines (Ctenocephalides canis).

Toutes les puces n’évoluent pas dans le pelage de votre petit compagnon ! La majorité d’entre elles sont présentes dans votre maison sous forme de larves ou d’œufs. Lorsqu’elles arrivent à maturité, elles s’installent sur votre animal afin de se remplir le ventre de son sang. Bien installée, repue, la puce va pondre ses premiers œufs : une cinquantaine par jour ! Ces œufs vont tomber et se retrouver sur la moquette, les tapis, le canapé …

Un œuf met en moyenne 3 à 5 jours à éclore. Une larve va alors en sortir et se nourrir des déjections de puces adultes. Suite à cela, elle va développer un cocon afin de devenir adulte elle-même et pouvoir s’installer dans le pelage d’un chien ou d’un chat qui passera à proximité.

Pyramide de la puce

Tout sur la tique

 

Les tiques sont des acariens faisant partie de la famille des arachnides. Il existe plus de 800 espèces de tiques dans le monde et environ une trentaine se nourrissent de sang humain. Les espèces de tiques les plus courantes sur le continent européen sont Ixodes ricinus, Dermacentor reticulatus et Rhipicephalus sanguineus. Leur cycle de vie comprend trois stades : larve, nymphe et forme adulte.

La tique ne pique pas mais mord ! En effet, elle possède un dard au niveau de sa partie buccale, le rostre, qu’elle accroche à la peau de sa victime. On parlera donc de morsure de tique plutôt que de piqûre. 

Il existe également un risque parasitaire dans certaines régions de France avec la Leishmaniose, maladie transmise par un moustique appelé le phlébotome.

Comment repérer une puce ou une tique sur mon animal ?

Chien ou chat, il n’est pas si compliqué pour vous de détecter si votre animal est infesté, ou non. En inspectant soigneusement la base du poil, il est même possible de les apercevoir à l’œil nu.  En effet, les puces se déplacent sur tout le corps, particulièrement sur les zones à risques telles que le dos, la croupe, ou encore la base de la queue. Évitez de vous mettre à la recherche sans fin d’une puce. Tentez plutôt d’observer les traces qu’elles pourraient laisser sur son passage : si vous apercevez de nombreuses petites piqûres rosées, nul doute, elles sont présentes ! Vous pouvez aussi brosser l’animal à l’aide d’un peigne à dents serrées et analyser les résidus qui s’y trouvent. Si vous découvrez une fine pellicule noire, il s’agit sûrement de leurs déjections.

Contrairement aux puces, les tiques, elles, ne se déplacent pas. Elles mordent puis ne bougent plus ! Elles favorisent généralement les zones avec peu de poils, où la peau est très fine, telles que les oreilles, le cou, ou le ventre. Il s’avère plus ou moins difficile d’en repérer une puisque leurs tailles dépendent de la quantité de sang absorbée. En caressant l’animal, il est malgré tout possible d’en sentir une, même si celle-ci s’avère être toute petite. Il s’agit tout simplement d’un long travail d’analyse.

Quels dangers pour l’Homme ?

Les puces et les tiques peuvent représenter un réel danger pour nos animaux, mais aussi pour l’Homme. En effet, nous sommes nous aussi victimes des maladies qu’elles transmettent.

dangers des parasites pour l'homme

Comment retirer les parasites de mon animal ?

Comment retirer les parasites de mon animal ?

Attention, il ne faut surtout pas enlever la tique à la main. En agissant de la sorte, vous risquez de la presser. Celle-ci pourrait alors libérer certains agents infectieux qui par la suite, pourraient se propager dans la plaie.

Pour faire disparaître correctement une tique, vous pouvez vous munir d’un crochet ou d’une pince anti-tiques.  Ces outils permettent d’ôter les parasites de l’épiderme de votre chien de manière efficace et indolore, sans nécessiter l’utilisation de produits chimiques ou de désinfectant.

Cet accessoire est extrêmement efficace car il réduit considérablement le risque de transmission de maladie.

Concernant les puces, des peignes très fins existent pour les enlever, notamment le peigne à puces électronique de Eyenimal. Grâce à un courant électrostatique inoffensif non perceptible pour l’homme et l’animal, il tue instantanément les parasites sans utiliser de produits chimiques.

Quelle forme d’antiparasitaire pour mon chien ou mon chat ?

les anti-puces et anti-tiques
Pipettes antiparasitaires
Pipettes antiparasitaires descriptif
Colliers antiparasitaires descriptif
Sprays antiparasitaire
Sprays antiparasitaire descriptif
Shampoings antiparasitaires
Shampoings antiparasitaires descriptif
Comprimés antiparasitaires
Comprimés antiparasitaires
VOIR LES ANTIPARASITAIRES POUR CHATS
VOIR LES ANTIPARASITAIRES POUR CHIENS

Et concernant les NAC ?

  • Les mammifères :
    Furets, lapins, hamsters … ces nouveaux animaux de compagnie n’ont pas les mêmes spécificités que leurs amis chiens et chats. On notera notamment que le fipronil, très bien toléré par les chiens et les chats, est très toxique pour les lapins. On s’orientera plutôt vers des spécialités à base d’ivermectin, qui a une très bonne innocuité, pour traiter tous les mammifères contre les parasites (puces, poux, tiques).
  • Les reptiles :
    Ils sont quant à eux très sensibles au fipronil : à l’instar des chats et des chiens, le fipronil est très bien toléré par les tortues, serpents et autres lézards. Il sera donc à privilégier pour traiter vos reptiles contre les parasites.
  • Les oiseaux :
    Contre la gale, l’ivermectin sera plébiscité pour les oiseaux : très bien toléré, il agit rapidement et efficacement contre ce type d’infection. La sélamectine en poudre, mélangée au sable que les oiseaux utilisent pour leur toilette, sera très efficace contre tous les parasites et facile d’utilisation.

Le saviez-vous ?

le saviez vous

Conseils vétos : quelques erreurs à ne pas commettre !

  • L’utilisation d’un antiparasitaire externe pour chats sur un chien, et inversement, peut s’avérer très dangereux. Certains d’entre eux contiennent des substances, telle que la perméthrine pour les chiens, particulièrement adaptées à chacune de leur espèce. Prescrire un antiparasitaire contenant de la perméthrine à un chat pourrait causer chez lui des troubles neurologiques pouvant aller jusqu’à la mort.

  • N’hésitez pas à peser votre animal pour connaître les quantités recommandées sur le mode d’emploi. Beaucoup ont tendance à lésiner sur les doses, ce qui rend le traitement inefficace. Attention à ne pas surdoser non plus. Cela pourrait représenter un danger pour le chien ou le chat.

  • Dommage, mais il ne suffit pas d’une fois pour traiter votre animal à vie contre les parasites. Il sera nécessaire de renouveler chaque traitement, quel qu’il soit : chaque mois pour les comprimés et pipettes, chaque trimestre pour certains comprimés, tous les six mois pour les colliers, etc.

  • Vous êtes très souvent amenés à être en contact avec votre animal. Lors de petits moments de caresses, vous pouvez en profiter pour checker son pelage. La prévention commence par une inspection régulière et minutieuse de l’animal.

  • Les puces se propagent à grande vitesse. Si vous avez d’autres animaux, pensez à tous les traiter, ou ce périple sera sans fin.

Des questions ?

Rendez-vous chez votre vétérinaire.

FORMULAIRE DE CONTACT

Une question ? Besoin de plus d’information ?
Contactez-nous via notre formulaire.